Ce que nous avons reçu...

Quelle approche avons-nous de l'histoire des chrétiens ? La Bible nous donne un exemple de fresque historique, dans le fameux chapitre 11 de l'épître aux Hébreux. Quel est le point central ? "C'est par la foi..." Le chapitre qui suit nous instruit également. 
Hébreux 11
13-16: C'est dans la foi qu'ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi montrent qu'ils cherchent une patrie. S'ils avaient eu en vue celle d'où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d'y retourner. Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c'est-à-dire une céleste. C'est pourquoi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité. ...

24-26: C'est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d'être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d'avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération. ...   

32-40: Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères.
Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d'autres furent livrés aux tourments, et n'acceptèrent point de délivrance, afin d'obtenir une meilleure résurrection ; d'autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l'épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n'était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n'ont pas obtenu ce qui leur était promis, Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu'ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection.

Hébreux 12 : 1-17
 Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. 
Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l'âme découragée. Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang, en luttant contre le péché. Et vous avez oublié l'exhortation qui vous est adressée comme à des fils : 
Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur,
Et ne perds pas courage lorsqu'il te reprend ;
Car le Seigneur châtie celui qu'il aime, 
Et il frappe de la verge tous ceux qu'il reconnaît pour ses fils.
Supportez le châtiment : c'est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu'un père ne châtie pas ? 

Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. D'ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. Il est vrai que tout châtiment semble d'abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice.  

Fortifiez donc vos mains languissantes et vos genoux affaiblis ; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse. Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.  Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés ; à ce qu'il n'y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d'aînesse. Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu'il la sollicitât avec larmes ; car son repentir ne put avoir aucun effet.

Je ne serai certainement pas exhaustive en relevant les points suivants, concernant ces témoins :
  • Ils nous montrent une direction, la patrie céleste, détournant les regards des choses du mondes, et les fixant sur Jésus et la promesse de la vie éternelle. 
  • Ils nous montrent la réaction que le monde a eu vis-à-vis de ceux qui veulent "marcher avec Dieu" : le rejet, le mépris, la haine, la violence..., 
  • Ils nous encouragent à persévérer, à nous fortifier dans la foi, 
  • Ils nous disent que nous devons porter du fruit, et nous sanctifier -- ce qui correspond en fait au premier point, car la sanctification, c'est se détourner du monde.
Ces chapitres sont très solennels. Ils nous montrent que la lutte contre le monde n'est pas une option, et que c'est un combat difficile, acharné. Nous devons être exercés par les épreuves : c'est ainsi que notre Dieu nous instruit. Pourquoi ? "Pour que nous participions à sa sainteté". Pour produire "un fruit paisible de justice". Pour que nous acquérions "la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur". Nous marchons vers l'éternité, vers la patrie céleste ! C'est cela, notre but final !

Si nous jetons les regards en arrière, et considérons la vie de ceux qui nous ont précédés, nous devons pouvoir suivre leur direction, et fixer les regards sur Christ. Si leur vie ne nous mène pas à Christ, elle ne nous intéresse pas. Si leur vie ne nous encourage pas à perséverer dans le bon combat de la foi, elle ne nous intéresse pas.

Ainsi, c'est encore à la lumière des Ecritures que nous devons considérer la vie de nos prédécesseurs. Les éloges du monde ne sont que du vent. Et même, je dirais qu'un chrétien devrait se méfier des éloges du monde : car comment recevoir les applaudissement d'un ennemi ?

Commentaires

Articles les plus consultés