Vivre dans un monde en mouvement

Encore une fois, je reviens sur les lettres de captivité de Bonhoeffer, qui nous donnent décidément du grain à moudre. Quel doit être notre témoignage dans un monde qui vit de grands chamboulements ? Et les chamboulements que nous observons en 2017 sont certes moins importants que ceux de 1944.
Benidorm's lightning
1 Pierre 1:12
Il leur fut révélé que ce n'était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu'ils étaient les dispensateurs de ces choses, que vous ont annoncées maintenant ceux qui vous ont prêché l'Évangile par le Saint Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards.

Psaume 58:11 (12)
Et les hommes diront :
Oui, il est une récompense pour le juste ;
Oui, il est un Dieu qui juge sur la terre.

Psaume 9:19-20 (20-21)
Lève-toi, ô Éternel !
Que l'homme ne triomphe pas !
Que les nations soient jugées devant ta face !
Frappe-les d'épouvante, ô Éternel !
Que les peuples sachent qu'ils sont des hommes !

Jérémie 45:5
Et toi, rechercherais-tu de grandes choses ? Ne les recherche pas ! Car voici, je vais faire venir le malheur sur toute chair, dit l'Éternel ; et je te donnerai ta vie pour butin, dans tous les lieux où tu iras.
Ces passages sont cités par Bonhoeffer alors qu'il pressent que des événements vont arriver...

le 30 avril 1944, de Dietrich Bonhoeffer à Eberhard Bethge
Le sentiment que, d'un jour à l'autre, de grands événements pourraient mettre le monde en mouvement et transformer nos situations personnelles est si fort en moi, que j'aimerais bien t'écrire beaucoup plus souvent ; ... Pendant ces semaines, il faudra être solides spirituellement et je te souhaite de pouvoir l'être. On doit mettre toutes ses pensées à ne s'effrayer de rien. En vue de ce proche avenir, ... j'éprouve quelque chose de la "curiosité" des anges, mentionnée dans 1 Pierre 1:12, curiosité de voir comment Dieu se dispose à résoudre ce qui est insoluble. Je crois que le moment est venu : Dieu s'apprête à accomplir quelque chose que nous ne pouvons qu'accepter avec un grand étonnement et un grand respect, malgré toute notre participation spirituelle et concrète. D'une manière ou d'une autre, il apparaîtra — à ceux qui sont capables de le voir — que les Psaumes 8:12b et suivants et 9:20 sont vrais. Nous aurons à nous répéter tous les jours Jérémie 45:5. Tu auras plus de peine que moi à passer par là, étant isolé ; c'est pourquoi je penserai à toi spécialement ; je le fais maintenant déjà. (30 avril 1944)
1. Notre foi est fondée sur la Parole de Dieu.
2. Il faut une foi solide, pour rester en paix, sans crainte.
3. Une foi solide connaît et attend l'accomplissement de la Parole de Dieu — avec la curiosité de savoir comment.

La point de départ de notre foi, notre ancre, la source de notre sérénité : c'est toujours la Parole de Dieu. Commençons par nous en nourrir toujours mieux.

Bonhoeffer continue (30 avril 1944) :
La question de savoir ce qu'est le christianisme et qui est le Christ, pour nous aujourd'hui, me préoccupe constamment. Le temps où on pouvait tout dire aux hommes, par des paroles théologiques ou pieuses, est passé... Nous allons au-devant d'un époque totalement irréligieuse ; tels qu'ils sont, les hommes ne peuvent tout simplement plus être religieux... Comment le Christ peut-il devenir le Seigneur des irréligieux ? Y a-t-il des chrétiens sans religion ? ... Comment parler de Dieu sans religion... ?
Je n'ai pas encore terminé et je ne peux pas dire quel était exactement le fond de sa pensée, mais j'apprécie son questionnement dans cet objectif : quel doit être notre témoignage dans ce monde irréligieux (quand il l'est) ? Comment parler ? Avec quels mots ? Il faut parfois revenir à des choses tellement basiques : la vie de Jésus Christ, son historicité... Comment parler de leur âme à des gens qui croient qu'ils n'en ont pas ? Qui ne savent pas ce que c'est ?

Commentaires

Aimer le créateur n'est plus le problème des gens souvent, mais aimer a toujours un sens évident et plus grand pour beaucoup encore sauf pour les désespérés. Il s'agit d'un amour plus général et simple que l'on peut adresser à ceux qui y sont réceptifs.
Il ne faut pas vouloir convaincre les gens il suffit d'être soi. Une parole est les gens disent mais ne font pas. Parfois il vaut mieux faire et ne pas dire toujours. Comme les enfants on ignore ce qui est dit mais on ressent ce qui est. Après nul n'est parfait...
Amy a dit…
Salut Jérôme,
Merci pour tes commentaires !
1. Effectivement aimer reste un sentiment universel. Aimer ceux qui nous entourent (et a fortiori ceux dont on dépend, voir le billet précédent) est relativement "général et simple", comme tu dis. Aimer son Créateur, c'est autre chose : on ne le voit pas avec nos yeux, on ne peut pas le toucher, etc. Donc je suis d'accord sur le principe : commençons par nous aimer les uns les autres. Mais le message de Jésus va plus loin : il nous demande d'aimer nos ennemis -- sans pousser très loin, cela signifie aussi ceux qui ne sont pas "réceptifs" à notre amour. Ce n'est pas facile ! Et je crois que sans l'aide de Dieu (et l'exemple de son amour), je ne pourrais pas.
2. Là je suis d'accord aussi -- et c'est intéressant parce que j'ai l'impression (d'après ses lettres) que c'était aussi l'attitude de Bonhoeffer. Dans les moments de détresse (sous les bombardements)... ce pasteur n'avait pas grand'chose à dire aux autres détenus, il ne trouvait pas forcément les mots. Mais tout le monde constatait sa sérénité.

3. Pour faire la synthèse de tes 2 commentaires : j'aimerais bien penser que tout le monde a envie de connaître l'amour de Jésus en me voyant vivre, mais comme tu dis, "personne n'est parfait", et je crains que bien souvent je ne sois pas à la hauteur :-/. Je pense aussi faire partie des gens qui parlent peu (jusqu'à ce qu'on me lance sur le sujet, et là c'est vrai que je peux parler trop !).
Salut Anne-Marie,
Oui une présence aimante est l'essentiel dans cette situation. Après pour les ennemis il faut clairement s'en préserver aussi.
Jérôme

Articles les plus consultés